SALVATOR

 

Albert Einstein disait: «Un être humain est une partie du tout que nous appelons l’Univers».

Selon Vladimir Vernadski, académicien, «Le principe de l’existence de l’Univers est la Loi de l’influence de l’information».

Un homme est un quantum, une partie indivisible du système intellectuel de l’Univers avec les processus connexes et les algorithmes du développement évolutionniste, il est  capable d’échanger avec l’Univers toutes les informations pertinentes.  

Le cerveau humain, c’est tout un Univers. Si on réussit à dégager tout le potentiel prévu par l’évolution, les capacités humaines seront illimitées.

La science a déjà démontré que l’homme pouvait créer la réalité non seulement par ses actes, mais encore par l’interprétation psychophysique des événements, en les transmettant au monde environnant à travers les  étapes du développement symbolique, comme une sorte d’émission à la télé avec son sujet et son scénario. La qualité de cette interprétation de la réalité par notre conscience conditionne la qualité de vie de l’homme et de la communauté humaine en général. A cet effet, l’homme doit se libérer du haut niveau d’entropie (désordre) qui, dans le contexte de la civilisation, se transforme d’un élément d’évolution en un événement aux scénarios éventuellement négatifs.

Il a été constaté que l’entropie est à l’origine de la perte colossale d’informations (jusqu’à 80%) au cours de la communication d’une personne avec les autres personnes, objets et phénomènes. Ce fait détruit le système biologique humain et les événements de sa vie. Les réponses de la conscience humaine générées dans les conditions de l’entropie se transforment en programmes destructifs de l’interprétation de la réalité. 

C’est pourquoi il existe le besoin de neutraliser les résultats de l’effet négatif sur la conscience humaine.

Un nouvel outil de la lutte permanente entre  l’entropie et l’évolution, fruit du développement  de la conscience humaine, est SALVATOR – le premier pas vers l’harmonie intérieure, l’équilibre et la perfection.