L’Ambre fut investi très tôt de vertus thérapeutiques.

 
 
 
 
 
 
Dès l’Antiquité on le brûlait pour bénéficier de ses vapeurs aromatiques, on le broyait, on en faisait des breuvages.
Au fil des siècles, son action sédative, calmante et antispasmodique était unanimement reconnue.
Au XVIème siècle on a recensé jusqu’à 40 utilisations en médecine, comme les maux de dents, les rhumatismes, et pour certains les douleurs cardiaques.
En France jusqu’avant-guerre, la tradition voulait qu’on attache un petit collier d’Ambre au cou des nourrissons pour calmer leurs douleurs dentaires. 

Cette coutume revient en force actuellement, reconnaissant la vertu anti-inflammatoire de l’Ambre. On retrouve ce bénéfice pour soulager diverses pathologies cutanées, articulaires et circulatoires.